traductor

Breus

¿Cuál es la aspiración de la poesía? Hacerse voz. (Ana Calvo Revilla)

dilluns, 26 d’agost de 2013

Article 12) POESIA DE L'ESTÈTICA

Consulto a la Vikipedia la paraula ESTÈTICA, i, entre moltes altres explicacions, diu:

L'estètica, del grec aisthèsis, significa: sensació.  És una branca de la filosofia, que estudia l'essència i la percepció de la bellesa, les raons i les emocions estètiques, i les diferents formes de l'art.

La nostra vida actual està profundament influïda per l'estètica, què és, sinó, el disseny?  Al crear aquest blog, per exemple, hem tingut molt present l'estètica, això no vol dir que a tothom pugui agradar, precisament perquè cadascú parteix d'una percepció i d'unes emocions personals.

Avui, però, no pretenia parlar de filosofia, sinó d'una part de l'estètica que, sobre tot a les dones, ens porta pel camí de l'amargura, l'estètica física, la figura, el modelat del nostre cos.

Ara que ens apropem al setembre, mes de recomençar tantes coses, és també un bon moment per reemprendre la dieta, una dieta sana i suficient... però sòbria! 

Us proposo un repte, que tal si perdem uns quilets?

Per a estimular-nos, llegim l'Himne a la Bellesa, de Baudelaire:

Hymne à la Beauté

Viens-tu du ciel profond ou sores-tu de l'abîme,
O Beauté? Ton regard infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le couchant et l'aurore;
Tu répands des parfums comme un soir orangeux;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une anphore
Qui font le héros lâche et l'enfant coraugeux.

Sors-tu du gouffre noir ou descens-tu des astres ?
Le Destin charmé suit tes jupons comme un chien;
Tu sèmes au hasard la joie et les désastres,
Et tu gouvernes tout et ne réponds de rien.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques;
De tes bijoux l'Horreur n'est pas le moins charmant,
Et le Meurtre, parmi tes plus chères breloques,
Sur ton ventre orgueilleux danse amoureusement.

L'éphemère ébloiu vole vers toi, chendelle,
Crépite, flembe et dit : Bénissons ce flambeau !
L'amoreux pantelant incliné sur sa belle
A l'air d'un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l'enfer, qu'importe,
Ô Beauté, monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton oeil, ton souris, ton pied, m'ouvrent la porte
D'un Infini que j'aime et n'ai jamais connu ?

De Satan ou de Dieu, qu'importe ? Ange ou Sirène,
Qu'importe, si tu rends, - fée aux yeux de voleurs.
Rythme, parfum, lueur, ô mon unique reine ! -
L'univers moins hideux et les instants moins lourdes.

Charles Baudelaire (Fleurs du Mal)

I, encara, per a estimular-nos més a seguir el nostre programa de dieta, contemplem el Naixement de Venus, que va pintar Sandro Boticcelli (1445-1510)